Le Vrai Canton 

Le Vrai Canton

Le Vrai Canton n°183

Vous pouvez télécharger aussi la version complète: Vrai_canton_183.pdf

EDITO

Notre dernier billet (paru le 1er novembre) annonçait fébrilement
la fin de la récréation communautaire sifflée suite à des
équilibres d’apothicaire. L’avenir nous dira si la solution trouvée
est une potion magique ou un poison maléfique. Entre-temps,
débarrassé des groenécolos, le sextuor «éliophile» a poursuivi
ses (d)ébats socio-économiques. Tout le monde, aux dires de
chacun, aurait mis de l’eau dans son vin. Il n’y aura donc plus
de bourgogne à table, mais une mixture bien salée. «Ils n’en
mourraient pas tous, pour plagier ce bon Jean de la Fontaine,
mais tous seraient frappés.» Quelle perspicacité, ce fabuliste !

Et après une nouvelle ruade royale, une folle cavalcade aux Bons
d’Etat et - pour ceux qui y croient - le passage du grand saint
Nicolas, Elio 1er entrait en gare, succédant à Yves 1er embarqué
sur une autre voie, riche de plus de treize-mille heures supplémentaires.
Et trois semaine avant de fêter Noël, nous pouvions
entonner tous en choeur le refrain de nos aïeuls : «Il est né le
gouvernement ; chantons-le haut, grâce à Di Rupo. ..» RIDEAU.

CONCLUSION : La comédie à laquelle nous avons eu le déplaisir
d’assister pendant un an et demi est de Bart Letisserand.
En quatre actes elle a transformé le néant en apothéose.
ACTE I : attribution du rôle principal et abandon de la Haine
V(iolemment) A(ttisée). ACTE II : développement et dénouement
de l’intrigue principale : le démantèlement de BHV
(Bombe de Haute Valeur), à l’arrière-goût de vermifuge (largage
des verts). ACTE III : coup de théâtre : «qui va payer ?»,
suivi de l’évaporation des AAA. ACTE IV : «Deus ex machina» et
compromis à la Belge. EPILOGUE : investiture royale et parade
d’honneur au Parlement.
Jean Milleville


ANNONCES A LIRE ATTENTIVEMENT :

1. D’avance merci à nos lecteurs de s’acquitter le plus tôt possible
de leur cotisation 2012. Pour 6 € ou plus vous soutiendrez
notre effort à diffuser notre picard et vous risquez
de gagner le super-prix de notre «Cache fok Après». De
plus, si vous habitez hors du canton, vous recevrez chez
vous votre «Vrai Canton» tous les deux mois. Pour nous
simplifier la vie et la vôtre, veuillez verser le montant au
n° IBAN: BE85 0001 0618 6506 - BIC: BPOTBEB1 AVANT
le 31 janvier prochain. (Mention: cotisation 2012)

2. Notre espace étant réduit depuis le passage du trimestriel
au bimestriel, la liste des gagnants sera limitée aux premiers.
Une liste complète des gagnants sera publiée sur Internet
dans les pages du Lysard.

3. Ce même site du Lysard publiera en principe toutes les pages
du VRAI CANTON, essentiellement celles de la Garlousète et
de la Grille, qu’il vous sera loisible d’imprimer, de compléter
et de nous faire parvenir par la voie habituelle. Mais comme
avant le VRAI CANTON et le CACHE FOK APRES paraitront
toujours dans «Vivre à Comines-Warneton.»

 

CONCOURS "NOS GEANTS"

Dans le cadre de son APERO, le VRAI CANTON avait organisé
un double concours sur le thème de «Nos Géants». Deux
jurys, un pour le dessin (merci à «La Palette») et un pour l’écriture,
ont départagé les concurrents, jeunes et adultes. Nous
publions ci-dessous le nom des lauréats. Leurs oeuvres sont
publiées sur le Lysard. Félicitations à tous les participants et
aux profs qui les ont encouragés.
Quant à l’Apéro, il s’est déroulé dans une ambiance picarde
à laquelle l’animateur M. Odent ne fut pas étranger. Merci
Michel… Et la tombola vint en point d’orgue ragaillardir la
bonne humeur des seize gagnants.
Concours du vrai canton 2011
Dessin : Catégorie 1 (5-6 prim) : 1. DESREUMAUX Elisa (6A
St-Henri), 2. Mihai Mélina (6A St-Henri), 3. Capitanio
Anastasia (6B St-Henri), 4. Milleville Emilie (6A
St-Henri), 5. Gheeraert Evan (5A St-Henri)
Catégorie 2 (1-2 second) : 1. FOUTRIN Céline (St-
Henri 1B), 2. Ferrant Shelsey (ARC 1D), 3. Marescaux
Johan (St-Henri), 4. Prud’homme Jennie 1B
St-Henri), 5. Rogier Océane (ARC 2D)
écriture : Catégorie 5-6 second : 1. BELPAIRE Jordan (5B
St-Henri), 2. Six Kelyan (6 qual St-Henri), 3. Vandermeersch
Maryne (6 qual St-Henri), 4. Vanpeteghem
Anaïs (6 qual St-Henri)
Adultes : 1. Bille Fabienne de Comines

Le VRAI CANTON souhaite à tous ses lecteurs
une bonne et heureuse année 2012.
Que bonheur et santé soient votre quotidien.
Le Comité.

 

GARLOUSETE

Dés vagances (vacances) de minisse

Sti qui s’intéresse in beutch à l’politique, i-a bin
seûr su (suivi), come mi, lés menoules de tous cés jins qui
venôt’te pôs d’accord su cin qu’i-z’allôt’te nous fère avalér, ét
à tcheule sace (sauce) i-z’allôt’te nous minji.
Oh, te sés, j’é pus l’âche de crôre à Saint Nicolôs ou bin au Père
Nôwé. In n’sét pôs fère du bure aveuc d’l’éw. Pour péyi tous lés
chômeurs, lés pinsionneus, lés fonctionnaires, lés djères dins
l’monte, les nids d’glènes su nous routes, l’z’eurocrates (qui
s’prènt’te pôs pour de l’crote), d’ù qu’in va treuvér les yards,
vu qu’in parle asteur in miyards, manme aveuc l’z-euros. In
n’sét manme pus combin d’zéros qu’in dôt mète par-dérire.
Si j’dis tout chô, ch’ést pour fère comprinte qu’ête minisse,
ch’ést alfôs dur, feurt dur. Vu qu’in a bétôt été in an et d’mi
balôchis d’réunion in réunion, dés planés nûts, not’ formateur
- conciliateur - organisateur - sapeur - facilitateur - sollicitateur
- entremetteur - animateur - innovateur - médiateur
- papillonneur et j’in passe, ét dés méiyeurs, j’veux noumér
Elio, ouais di Rupo, i-a mis sin sextuor de compères in vagances
pindant ène semâne.
Come i-a gramint ouvré, s’man èle a écrit dés kilomètes ét dés
kilos d’feules, not’Elio d’formateur i-a rêvé d’fère ène saquô
qu’in n’ést pôs habituwé d’vîr : ouvrér d’sés mans. Fouwir, mète
in couleur ou collér du papi, ch’étôt pôs l’mômint, vu qu’lés jours
i sont courts. In puk, cha ne l’ferôt pôs printe lés banes airs.
Nou fét ! I-arôt bin passé ène semâne à la Côte d’Azur ou bin
sur ène île du Pacifique, més i-a voulu restér au pays pour bin
moutrér à tertouss comint qu’in va d’vôr passér nous vagances
à partir d’asteur. Come i-aime l’z-écolos, i s’a donc décidé à passér
ène semâne dins ène cinse de sin péyis. Et pour fère coup
double, i-a manme téléphoné
à Bart l’tisserand pour li d’mindér
si qu’i connéchôt pôs in cinsi
de s’fameule d’ù qu’i pourrôt in
manme timps ouvrér ét apprinte
l’flamind. Sti-chi i l’a invoyi dins
l’région d’Anvers chez Rupert, in
couss (cousin) à s’fème.
Quand qu’i a arrivé lô, in sôr, Elio, fin har, i-a tout d’sute d’mindé
de l’ouvrache, du dur, pour canji sés idées ét oubliyi sés russes
(misères).
«Ouais, j’é cin que t’as b’son. Dins l’deûbout de m’pature là-va
lon (là-bas au loin), i-a quate stères de bôs. Ah bin, d’man, te
sôyes, te finds in morcés, te lés ruwes dins ène brouwète et te
condus tout chô ichi pour lés mète sur in mont. Ch’ést du bôs
pour cauffér tout m’fameûle lés courts-jours (hiver).» I bôt’te
tèrtouss insane in bol de pape (lait battu) ét i vont dormir.
L’lind’man sôr, quanque l’cinsi orvint, tout l’bôs i-ést in plache.
«Bravo Elio, qu’i fét Rupert, més t’as treup ouvré. D’man, j’te
dane congé, sète». «Nin non, treuve-mi âte cosse, ouvrér cha
m’fét du bin. Lassan, j’moute l’eximple à tous més camarates
de l’Wallonie.» «Bon, si te veux. Dans l’carin, i-a
20 tonnes de pourtéres. Fais un mont aveuc les
grosses, un âte avec les peutites et un trosime aveuc
les pourrisses. Mais va duch’ment, t’as tout l’semâne.»
Et not’Elio i c’minche tout d’sute sans bèrtonér, i assis sur ène
séle d’étafe. L’sôr, quanque l’cinsi i vint vîr sin domestique, l’ome
au rouche neûd neûd i-ést akeur toudis assis aveuc s’preumire
péntière du matan dins sés mans, ène fôs à drôte, ène fôs à
gache. Et i l’orwète ét i buziyi, ét i buziyi ét i-èrcominche dix
fôs, chint fôs, ène fôs dins s’man drote, ène fôs dins s’man
gache. «Te vôs, qu’i fét Rupert, ch’ést pôs si simpe que chô,
hein, l’méti d’cinsi.»
«Nan, qu’i fét Elio, ch’ést pôs qu’ch’ést difficeule. Més dins
min méti ôsseû, in prind tout sin temps avant de s’décidér. Cin
qu’i fét pléji à l’in, i coche (faire mal) à l’z-âtes.» Ou bin ch’ést
l’contraire ! Adan in èrcominche
dix fôs, chint fôs …ét in treufe
jômés cin qu’in dôt fère.
Ch’ést come chô qu’in Belgeuque
lés fèmes i-z’ont bétôt
eu l’temps d’fère deux marals in
affaires courantes avant d’avôr
in gouvernemint …
Inspiré d’un texte anonyme.


Jean Milleville

 

CONCOURS 182

«Puk in tourne dins in brin, puk i pue»
Question subsidiaire : 15.302 tonnes.
Félicitations au gagnant du prix spécial CFA n°182 :
Mme Solange BARBEZ de PLOEGSTEERT
(son estimation: 15.412)
Et au gagnant du prix de consolation
M. Gérard BARTIER d’HOUTHEM
(son estimation: 15.650)
Suivent Nadine Villez, Marc Callewaert et Gaston Vanhoutte.
Les résultats complets sont publiés dans les
pages du LYSARD.
BRAVO A TOUS LES AUTRES

Histôre belche vue par un Francé …

L’ouvrache fini, deux nétiyeux d’vrite déchinte leus acoubiles
du sétime étache d’ène tour pour lés mète dins l’camionète.
Tout d’in keup, l’chef dés deux i vôt qu’i-z’ont oubliyi ène fenète
au derni étache. «Cha fét rin» qu’i dit l’ôte. «Si fét, ch’ést l’fenète
du patran, qui répond l’chef, in risque d’avôr not’ bon».
«J’é ène idée, qu’i fét l’ôte, pour pôs tout èrmontér, in va grimpér
sur l’plate-forme du tôt, ét ti, te vas déchinte nétiyi l’vrite
pindant qu’mi j’te tins par tés bèrtèles. Ch’ést quamême ti
l’chef». Et i font come chô. Tout à keup, sti d’in-d’zous i ’mét à
rire si feurt que tout l’rue èle l’intind. «Bin quô, qu’i fét l’ôte,
pourquô que te ris ?» «Pasque j’buziyôs come chô in te véiyant
qu’si més bèrtèles éles cratchôt’te, te lés prindrôs in plane
guife …»