Le Vrai Canton 

Le Vrai Canton

Le Vrai Canton mars-avril

Vous pouvez aussi télécharger le Vrai Canton!

EDITO
Dans le numéro précédent, nous avons eu l’occasion de résumer
les inter-minables épisodes à bouleversements qu’avait
connus le pays pendant 541 jours. Mais décembre arriva avec
ses fêtes et un papillon rouge vint se poser sur le rosier défraichi
de la Belgique. Et depuis lors ? Eh bin … la coalition nord-sud a
fait ses comptes. Il ne manquerait que onze ou treize milliards
d’euros, parfois un peu plus. La question est maintenant sur
toutes les lèvres : qui va payer ? Tout le monde a sa réponse.
Mais toutes ces réponses diffèrent entre elles, selon leur source.
Pour les uns, il suffit tout simplement de s’approvisionner chez
les riches. Pour d’autres, les responsables sont les chômeurs,
ou encore les immigrés, sinon les politiques eux-mêmes. En
résumé, et pour plagier Sartre, « La crise, c’est les autres ». Et
si chacun commençait par se regarder dans la glace, peut-être
y découvrirait-il un début de réponse. Et comme on ne peut
pas changer le monde, nous pourrions peut-être essayer d’en
changer le décor ! Essayons toujours. Pour ce faire, croisons
les doigts. A la prochaine fois.

Jean Milleville

 
COTISATIONS
Merci à tous ceux qui ont répondu à notre appel de janvier les
invitant à verser leur cotisation de 6 € pour 2012 au compte
IBAN BE55 0001 0618 6506 BIC BPOTBEB1. Que ceux qui
l’auraient oublié se rassurent : il n’est pas trop tard, mais il est
grand temps (limite 31 mars 2012). Cette cotisation nous permet
d’organiser notre Apéro et notre grande tombola. De plus
elle permet aux généreux donateurs de remporter outre la
gravure un des prix spéciaux de notre jeu «Cache Fok Après».
Qu’on se le dise !

 

CONTENU DE CE NUMERO
Depuis la nouvelle formule du VRAI CANTON en 4 pages (janvier
2011), nous devons adapter nos rubriques en fonction de
la place qu’elles occupent. C’est pourquoi ce numéro de mars
vous offrira les sujets suivants :
- Un Edito et des commentaires
- Deux histoires en patois complétées par du vocabulaire,
pour permettre à un plus grand nombre de lecteurs de comprendre
l’histoire.
- La solution et les gagnants du Cache Fok Après 183
- Un retour au VRAI CANTON d’il y a 25 ans
- L’habituelle critique littéraire
- Une bonne petite recette du terroir.
Mais dans ce numéro-ci vous ne trouverez pas la grille du
«Cache Fok Après», ni le concours qui l’accompagne, ni les Mots
Croisés. Vous retrouverez tout ça dans votre prochain numéro.
Rappelons que désormais le VRAI CANTON peut aussi être
consulté sur le site du Lysard et sur celui de la ville de Comines-
Warneton.

 

Gagnants du «Cache Fok Après» n° 183
La bonne réponse était : «I-a in pôriyon su l’deubout d’sin
né» (Il a une verrue sur le bout de son nez).
Mot-mystère : «toupirie» (étourdissement, vertige)
Question subsidiaire : 13.534 Tonnes.
La liste complète des gagnants est à consulter sur le site du
«Lysard» ou de la ville de Comines-Warneton.
FELICITATIONS A LA GAGNANTE DU PRIX SPECIAL N° 183
(in cartin d’50 € d’prôduts d’nou région):
Mme Rachel ALLARD de COMINES (son estimation: 13.218)
ET A LA GAGNANTE DU PRIX DE CONSOLATION (10 €) :
Mme Solange BOCQUET de BAS-WARNETON (son estimation:
14.224)
BRAVO A TOUS LES AUTRES

Bertrand Montaine

 

Lés p’tits noms(1) l’jour d’aujordu

I-a pôs lormint, come qu’i-avôt pôs gramint à lire dins l’gazète,
j’é fét come lés comères : j’é j’té in eûl su l’pache d’ l’Etat-civil
ét su sés comintères. In diche ans, l’rind’mints dés naissances
i-a pôs gramint canji, més par conte, pour lés p’tits noms, i-a bin
dés différinces. Asteur lés quinquins (2) i s’apèlt’te Kevin, Alison,
Jayson ou Ashton. In va akeur dire que l’télé èle n’influence pôs l’comportemint dés jins. Et in puk, ch’ést l’monte à l’invers : min vijin Mustapha i-a ap’lé s’file «Sophie» ét cheule de min béfrère
Vandepereboom èle s’apèle «Sarah». Va-tin
comprinte ène saquô ! Dins ène vingtaine d’ans, in va pétète fère come du timps de l’conquête du Far-West, dins lés Améreuques, quanqu’in voulôt
tradûre in francé l’nom dés Indiens. Tchan que l’pasteur i féjôt
l’catéchime dins lés tribus, i tchéôt sur sin drire chaque fôs
qu’i-intindôt l’nom dés Indiens qu’i d’vôt baptiji. «Sitting Bull»
voulôt dire «Tor assis». L’sorchi qui véiyôt ét savôt tout, i s’ap’lôt
«Eûl de lynx». Chez lés fèmes, i-avôt toudis ène «Nuache», ou
bin ène «Clair de l’béle (3)». Et si ch’étôt ène belle-mère, èle
s’ap’lôt bin veute «Lanke de vipère».
In donôt vrémint dés noms qui voulôt’te dire ène saquô. Alfôs
dins d’z-âtes tribus, par respéct pour l’tradition, in cachôt après
in nom dins l’z-évèn’mints qui s’passôt’te au mômint d’l’accouch’mint.
Insin, si à ç’momint-lô, ène cornèle (4) èle s’él’vôt
dans l’cîl, l’petiôt i s’apelôt «Cornèle qui s’invole». Ene file née
pindant in ôrache, ch’étôt «Bleusse éclite (5)». Si ch’étôt in
èrnard qui traversôt l’camp, l’marale i s’ap’lôt «Ernard agile».
Ene agâche (6) qui passôt ét l’file èle s’ap’lôt «Agâche rinchleusse
(7)».
Tout cha ch’étôt bin. Més i-arrivôt que d’z-évèn’mints i marquôt’te
l’petit Indien pour tout s’vie. Insin, si par malheur, un
gvô i-avôt lâché lés gaz à l’heure de l’naissance du quinquin,
i-étôt bon pour s’ap’lér «Gvô qui proute (8) au galop». Si par
hasard, i arrivôt à l’béte de s’soulaji tout à fét, ch’étôt «Brin
d’gva qui puwe». Arvène (9) cin que l’béte èle avôt fét pour
que l’gamin i s’apèle «Tchin qui a fréki (10) més mocassins» !
Tchan que ch’étôt l’garchan d’in chef, in orwétôt pôs sur ène lète. Ch’ést come chô qu’in jour in missionnaire i-a orchu in Indien aveuc plan d’plèmes de s’téte à sés pids ét qui s’ap’lôt «Grante locomotife à vapeur qui trôwe (11) l’brène (12) du p’tit matan», in nom à donér l’gônisse (13) à l’ome d’égliche. Sti-chi i-a espliqui qui’ fallôt absolumint raccourcir tout cha pasqu’i-arôt pôs eu assé d’éwe pour l’baptiji. Ch’ést come chô que d’pus ç’timpslô, l’garchan du chef i s’apèle «Tût-tût» !
In prenant eximpe su chés Indiens, in pourrôt facil’mint baptiji
nous politeuques d’aujordu. I font tertouss du cinémô ou bin
de l’comédie. Parlemint, cha veut bin dire «Parle ét mint» hé
non ? Di Rupo, ça s’rôt «Rouche pilandi (papillon)» ; Alexandre
Decro : «Gueurnoule qui veut s’fère puk grosse que l’beû» ;
Benoit Lutgen : « «Chingliér (14) dés Ardennes» ; Bart DeWever
: «Gone (15) môviar (16)» ; Joëlle Milquet : «Mèpe (17)
au long brôcar (18)» ; Philippe Moureaux : «Rouche-queue
à moustache» ; Herman Van Rompuy : «Fichô (19) qui fét sin
nid au coupét (20) dés étôles » ; Sarko : « Frômuche (21) noyie
dins sés acoupânes (22)» ; Maggie De Block : « Paraplu ouvért
à tertouss».
A tin tour asteur : treufe dés noms j’tés (23) pour tous les jins
que te connôs. Més fés pôs trop l’mô d’jabe (24).
Inspiré de «Comment que te t’appelles ?» écrit par Scaramouche
et paru dans les « Infants de Tournai » n° 452, ce texte a été
adapté et traduit en picard coménôs par Jean Milleville.

VOCABULAIRE
1. prénoms
2. bébés
3. lune
4. corbeau
5. éclair
6. pie
7. voleuse
8. péter
9. devine
10. mouillé
11. trouer
12. brume
13. jaunisse
14. sanglier
15. jaune
16. merle
17. guêpe
18. dard
19. fouine
20. sommet
21. fourmi
22. démangeaison
23. surnoms
24. méchant.

 

Dés moukiles(1), akeur dés moukiles, toudis dés moukiles.

In raconte que quanque j’sus v’nu au monte
L’tchuré i-a d’vu bin veute m’batiji
Et que ç’jour-lô l’éwe èle était si g’lée
Que més sinus i-z’ont eu leur compte.
D’pus, cha n’a fét qu’rimpirér
A cose que min néz i fét diche centimètes.
Asteur ch’ést dev’nu ène vra infirmité
Vu qu’j’é jour ét nût ène grosse niflète(2).
Et in puk, cha m’done dés croûtes
D’avôr toudis l’néz imblavé(3)
Sans jômés arrêtér d’coulér ;
I-ést v’nu in vra compte-gouttes.
M’tiéte èle ést toudis frèke(4)
Aveuc cheule salop’rie d’niflète.
Insin fôt jômés m’imbrachi
Vu que m’moustache èle fét soupète.(5)
Pour dormir non pus j’l’é pôs béle
J’é toudis peur d’ète tout frèke.
J’voudrôs pôs qu’lé jins i buzyirôt’te
Que j’piche akeur dins m’loupète.(6)
Adan, j’é treuvé ène solution :
Pour muchi (7)cheule sale niflète
Autour de min néz j’é fét in pans’mint
Aveuc ène bresse(8) de bambinète.
J’é pôs d’vu cassér m’tiéte
Pour fère l’méti d’cuistot.
Pour cha ôsseû j’avôs ène solution :
Mète à min néz ène broke(9) in bôs.
Malhureus’mint cha a raté.
Aveuc ç’t instrumint anti-gouttelètes,
Min néz i-arrêtôt pôs d’coulér
Au point que j’ralonjôs l’sauce-vinaigrette.
Ene fôs que j’étôs au bal populaire
Aveuc ène rousse, ton acajou,
Malgré que ch’étôt fok in p’tit bout,
J’pinsôs avôr fét l’affaire.
In dansant, min néz i s’a mis à coulér
Et j’véyiôs déteinte sés frisètes.
J’allôs tcheur sur ène mocheté(10)
Més j’étôs sauvé par m’niflète.
A in ôte bal de kermèsse du villache
M’v’lô parti pour in tango.
J’étôs fir come in viyô (11):
J’avôs amarjôlé(12) ène jone gonzèsse.
Més èle m’a tout sute invoyi
In bé claquâr in plan su m’ guife(13)
Pasque m’niflète èle djilôt (14) su sin balcon
Et qu’èle inondôt l’bout d’sés tétons.
J’étôs inscrit à l’Crox Rouche
Pour apprinte les preumis soins.
In jour in étôt arrivé au point
D’aprinte l’bouche-à-bouche.
Cheule à qui j’devôs essayi m’leçon
Ele béfyiôt(15) dés filéts d’salife.
Tout à keup, èle m’a mordu, fin sésie
M’niflète èle nétyiôt sés creutches-zis.(16)
Come que j’perdôs l’éwe par més narines
J’é bin veute dev’nu tout sèke.
Ch’ést pour chô j’é c’minchi à bôre
De l’bire par cercles ét tônés.
D’pus lors tout l’liquide i sort par min néz,
Min jésu (17) i n’a qu’à fère queûwête(18).
Et come asteur i sert pus à rin
J’vas pôs l’usér avant lormint.
Ecrit par Ghislain Perron et publié dans les «Infants de Tournai
» N°452, ce texte a été adapté et traduit en picard coménôs
par Jean Milleville.

VOCABULAIRE
(1) écoulement du nez, morve ; se dit aussi « niflète », «
moukiyon »ou encore « moutchilon »
(2) moukiles (voir ci-dessus)
(3) encombrer
(4) mouillé
(5) faire soupète = pendre dans du liquide
(6) chemise, liquette
(7) cacher
(8) morceau
(9) épingle à lessive
(10) laideur
(11) paon
(12) embobiner
(13) figure
(14) couler
(15) baver
(16) yeux chassieux
(17) sifflet, pénis
(18) fère queûwête : faire l’école buissonnière

 

Lés vis seucréts du chef Marcel

Rata aux rapes

Copér in fines rondèles 4 – 5 rapes et lés mète rissoler dins
du bure et d’l’hule. Tchan qui sont un peu brunis, ajouter des
péntières copées in morcés. Couvrir d’éwe, de pôfe, d’sé, de
3 feules de lôri, 1 ognon, du poyeû, in bouillon cube. Léchi
tchure 30 - 35 minutes. Attintion, cha attache veute. Etamper.
Fés-le l’jour de d’vant, ch’é méyieû récaufé.

L’VCchef Marcel.

 

LE LIVRE DU VRAI CANTON n°184
Nestor rend les armes
de Clara Dupont-Monod 117 pages - 15€
Sabine-Wespieser Editeur

L’auteure nous raconte le destin pathétique de Nestor, ancien
ophtalmologue, qui a fui la dictature argentine pour s’installer
en France.
En peu de mots Clara Dupont-Monod a vite fait de nous
dépeindre les rituels alimentaires de Nestor.
…. Vous me voyez là, devant vous, personne n’est autant là
qu’un gros. Je prends la place. Et pourtant. Si vous saviez
comme je suis loin. Ce dégoût m’est égal. Ce que j’offre à
voir m’est égal. Mon corps fait barrage. Il obstrue. Il me
rend aveugle. C’est un monument placé entre vous et moi.
Je vous vois à peine. De vous, je ne retiens que l’inconfort
d’une présence. Le salut qu’il faut vous adresser, l’attention,
la politesse. Tout le barnum lié à autrui. Votre seule présence
me fatigue.
…..Je vous rappelle une vieille peluche. Avouez. Gros père,
je suis sûr que vous m’appelez gros père. Les gros pères ne
font pas mal, pas vrai ? Ils sont laids mais inoffensifs. Vous
voyez : mon corps sert encore de masque. Il cache une vérité
simple. Docteur, c’est beaucoup plus simple que ça. Vous ne
l’avez pas appris sur les bancs de médecine. On n’opère pas
cette maladie, on en parle à mi-voix. Je suis horriblement seul.
... « Nestor ressemblait à un énorme fruit oublié. »
Née dans une famille, Clara Dupont-Monod possède une
formation littéraire. Elle a fait «Khâgne» au lycée Fénelon
et a obtenu une licence en lettres modernes à la Sorbonne
où elle découvre le vieux français, matière dans laquelle elle
décroche une maîtrise. Elle débute une carrière de journaliste
au magazine Cosmopolitan puis entre comme grand
reporter à Marianne à 24 ans. En 2009 elle fait son entrée
dans l’équipe de La Matinale sur Canal+.
«Nestor rend les armes» est son 5ème roman.
Au fil des pages Nestor prend la dimension d’un être humain
avec ses drames. A force de patience une jeune femme
médecin parviendra à conjuguer sa propre solitude avec
celle de son patient. Avec son style tranchant, sa langue
se précise : Clara Dupont-Monod agit sur nous comme un
charme puissant, indéfinissable mais éveille avec tact notre
compassion et notre sensibilité.
A découvrir.

Lucie Baily
Présidente du Centre de Lecture de Comines-Warneton

 

Dans le VRAI CANTON d’il y a 25 ans
(n° 72, mars 1987) on trouvait :

Des ANNONCES culturelles:
- Expos : John Bulteel (à Courtrai, Gand, St-Idesbald)
À Comines-France
MJC : Bernard Lepercq
- Théâtre : Soirée théâtrale picarde : «Chés dreules de
fèmes» de G. Pittellioen
«Le mal de test» par Arc en Ciel (Bas-Warneton)
«Ne coupez pas mes arbres» par le Cercle Dramatique
Ploegsteertois
- Promotion culturelle : Orchestre philarmonique de Liège
et de la Communauté française
- Théâtre pour la jeunesse : programme


Des Infos du VRAI CANTON
- Rappel : les cotisations
- Résultats du «Cache fok après» 71 : «Sti qui cache bin,
i treufe toudis»
- Garlousète 72 : «Lés temps i-ont bin canji»
(Lucienne Masschelein)
- Grille du «Cache Fok Après»


Des infos PUBLIQUES :
- Les congés scolaires 1986-87
- Les mouvements de la population à Comines-Warneton
en 1986
- Ateliers organisés à la MJC
- «Jogging Nature» Bizet-Ploegsteert
- Route Express : un nouveau saut de puce.
Accord RN 58 / A17
- Travailleurs frontaliers : compensations salariales
- Sécurité routière : circuit pour 4-5-6èmes primaires
- CPAS : 30 nouveaux lits de soins.

 

Deux p’tites dernires pour l’route

Alfred i-a 84 ans. V’lô diche ans qu’i-ést au home. In matan, i
babèle aveuc Ernest qui a l’manme ache que li et i guernote.
Te vôs qu’i fét : mi j’é du mô tout partout : més gampes i sut’te
pus, més mans i tront ‘te, j’é come l’fu dins min vinte, tout i-vô
maj’mint. Et ti Ernest dù qu’t’as du mô ? Mi, qu’i dit l’ôte, j’sins
rin, tout va bin, j’sus juste come in maral d’ène paire de môts.
J’é pôs in pôl su l’cayiou, j’é pôs ène dint dins m’bouke ét j’é
in pichou à min d’rire. Et tout va bin !
Edouard i-a ôsseû dins les 80. L’problème ch’ést qu’i intind
pus feurt ét manme alfôs pus du tout. I vô chéz l’docteur. Stichi
li dit qu’aveuc in aparèl i-vô tout intind. Més Eduard i-aime
pôs que lés jins i-vot’te qu’i-ést sourd. Et l’docteur li présinte
l’derni modèle : in tout p’tit aparèl qu’in vôt manme pôs. Deux
s’manes après, i-èrtourne chez sin docteur. Sti-chi li d’minde si
qu’i intind bin. « Oué qu’i répond Edouard, persane n’a rin vu.
Més mi d’pus j’é d’jô canji trôs fôs min testamint »